SODI’ASTUCE – Éléments de sécurité au sein des appareils de levage

Cet article fait suite à la première édition des éléments de sécurité autour des systèmes de manutention aériens. Nous allons nous intéresser ici aux différents composants internes des appareils de levage garantissant la sécurité de la machine et des personnes environnantes.

Pont Eurosystem acier bi-poutre encastré sur structure autoporteuse 500 kg et palan à chaine SODILEVE

Limiteur de charge & couple friction

Pour un appareil de levage, il est essentiel de posséder les capacités nécessaires pour manipuler les charges lourdes. Chaque machine possède sa CMU (Capacité Maximale d’Utilisation). Cette capacité de charge est indiquée par une inscription collée sur divers appareils de levage. Elle est placée sur la poutre du pont roulant, sur le bras de la potence ou encore sur le moufle du palan. Au delà de cet affichage visuel, des systèmes de sécurité sont directement intégrés au sein des appareils de levage. Par exemple, pour le palan électrique à chaine, le respect de la CMU est garanti par le couple friction. Si l’effort de la charge se révèle être supérieur à la capacité du palan, ce composant mécanique va se débrayer. Ceci entraine alors l’arrêt du mouvement de levage.

Concernant les appareils de levage ayant une CMU de plus d’une tonne, ces derniers sont équipés d’un limiteur de charge. Son fonctionnement est simple. Intégré directement au palan, ce limiteur de charge va venir bloquer le mécanisme de levage si celle-ci se révèle plus importante que la CMU.

Fins de courses & systèmes anticollisions

Pour les mouvements de translation

Passons à présent aux fins de courses. Il s’agit d’éléments de sécurité liés aux mouvements des systèmes de manutention comme les ponts roulants. Ces appareils de levage possèdent deux vitesses : une grande vitesse et une petite vitesse. Afin de gérer le mouvement de la machine, des fins de courses sont intégrées aux appareils et des déclencheurs sont placées à chaque extrémité des voies de roulement. Ces dispositifs permettent d’arrêter la translation du pont si celui-ci arrive en fin de voie.

Cet arrêt suit plusieurs étapes. Avant tout, imaginons un pont roulant qui translate en grande vitesse vers la fin de la voie de roulement. Lorsque la fin de course va rencontrer un premier déclencheur, le pont roulant va alors passer en petite vitesse. L’appareil ne pourra plus se mouvoir en grande vitesse, même si l’utilisateur appuie sur la télécommande. Le pont roulant, toujours en petite vitesse, va ensuite arriver à un deuxièmes déclencheur. Là, la petite vitesse du pont va se couper et entrainer l’arrêt complet du mouvement de la machine.

Si plusieurs ponts sont présents sur les voies de roulements, ces derniers seront équipés de systèmes anticollisions. Des faisceaux lumineux déterminent l’écart de position entre les différents engins. Si leur emplacement se retrouvent trop proches, les systèmes anticollisions, à l’instar des fins de courses, vont venir stopper leur mouvement.

Pour les mouvement de levage

Outre les fins de courses pour les mouvements de translation, ils en existent également pour les mouvements de levage. On retrouve des fins de courses pour le levage et de même pour l’abaissement de la charge. Ce mécanisme va éviter que le câble, la chaîne ou d’autres pièces internes ne se détériorent. Il permet aussi de garder le contrôle sur la manipulation de charge. On retrouve des fins de courses haut pour stopper le mouvement de levage et des fins de courses bas pour arrêter le moufle avant le sol. Ces fins de courses garantissent la sécurité des utilisateur et l’intégrité du palan

Limiteur de zone

Enfin, nous pouvons retrouver sur des ponts roulants des limiteurs de zone. Ce système est utile pour éviter les chocs contre des éléments de l’environnement de travail. Par exemple, il se peut qu’un rack à palette se trouve dans le passage d’un pont roulant. Ceci présente un risque si la charge déplacée est dans l’axe de la zone à esquiver. Pour éliminer ce risque, des capteurs détectent les positions du pont et du palan par rapport à la zone à éviter. Ainsi, si ces deux capteurs détectent des positions trop proches, le système de sécurité stoppe le mouvement du pont. Le palan devra alors se positionner de façon à contourner le rack présent. Dès lors que les deux capteurs assurent la bonne distance entre le palan et l’obstacle, le mouvement du pont roulant pourra alors reprendre.

Si vous souhaitez intégrer l’un de ces éléments de sécurité à votre parc de levage, rien de plus simple ! Nos équipes pourront vous conseiller par téléphone au 05.49.61.51.67 ou via notre formulaire de contact.
N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux. SODILEVE est présent sur Facebook,  TwitterLinkedIn, Instagram et YouTube.